Mai Juin 2018 - L'Envolée. Moules du nouveau capot.

14 mai.
L'Envolée.
 Ce fut dur d'arriver à Lacave mercredi dernier, à cause de la météo, mais nous revenons avec des images plein la tête et les cartes mémoires de nos cameras. Excellent cru cette année, du pilotage technique et des copains avec qui on a bien rigolé.
 Un bémol, les peu du nord (Jean Claude et Thierry) n'ont pas réussi à venir à cause de la météo, nous en sommes bien tristes.
 Coté Peu du sud, Papa était forfait à cause d'un mal de dos bien invalidant et qui demande du repos. Je suis donc parti comme c'était prévu avec Julien (on devait partir à 3 et se serrer). Nicolas mon second fils s'est alors manifesté pour remplacer
 son grand père. Nous avons donc fait un crochet sur Toulouse Lasbordes pour le récupérer mercredi après midi.
 Résultat, beaucoup de compétences pour les prises de vue et le pilotage de notre drone, d'où des images spectaculaires qui nous font avancer dans la qualité de nos vidéos.
 Il va me falloir un peu de temps pour monter tout ça, je pense faire plusieurs parties pour ne pas avoir de vidéos trop longues sur Youtube. L'idée c'est de faire un trailer court qui résume l'Envolée 2018 (grand public) et d'autres vidéos par terrain pour les passionnés.
 Coté avion, le Jojo s'est bien comporté, aucun ennuis mécanique et de bonne perfos croisière en altitude, vraisemblablement dû au nouveau capot plus fin. Nous sommes même monté pour la première fois au FL 125 pour tenter de passer au-dessus des nuages, mais ça n'a pas suffit.
 La vitesse atteinte en altitude me laisse penser qu'un nouveau record est à portée de main en basse couche.


25 mai.
 Nouveau capot.
 J'ai ramené le moule femelle en cadres et lisses à la maison pour pouvoir travailler tout à mon aise à chaque fois que j'ai un peu de temps libre. Et du temps, il en faut, car les ajustements à la rappe sont longs.
 J'utilise du polystyrène extrudé en plaques de 80 d'épaisseur, il faudra donc que j'en empile une dizaine pour faire la longueur du capot.
 Je façonne 2 moules mâles, un supérieur et un inférieur, ça facilitera la stratification que j'espère sans raccord.
 Papa travaille en ce moment sur le nouveau tableau de bord afin, pour l'instant, de définir la configuration définitive.
 J'ai pour ma part repris mon étude sur les extensions de voilure avec une idée, qu'on m'a un peu soufflée, révolutionnaire. Je n'en dis pas plus pour l'instant, je suis dans les calculs et je prépare un dossier (un de plus !).
 

15 juin.
 Nouveau capot.
 État de l'avancement.
 Ça prend du temps mais ça prend surtout tournure.


L'Envolée 2018, la vidéo.
https://www.youtube.com/watch?v=Ej7m0pAkX0g Voici enfin la vidéo de l'Envolée, ça aussi ça prend du temps à monter, mais le résultat est sympa, sûrement une de nos vidéos les plus abouties. Les précédentes années, les prises de vues étaient plus compliquées car il fallait être au four et au moulin. Cette année la participation de mes deux fistons a grandement facilité les prises de vues, ils sont doués les bougres !


Avril 2018 - Visite à PNR

5 avril.
 ULM à Pointe Noire.
 Je rentre tout juste de Pointe Noire au Congo Brazzaville où je faisais escale. C'est toujours un moment très agréable pendant lequel on va voir les gens de l'aéroclub, et on vole !

 On vole sur Ninja, mais pas seulement. Yves m'a fait essayer son Maule, une magnifique machine de 235 cv adaptée à la région. Sympa à piloter, beaucoup de stabilité et d'inertie, des commandes de vol agréables, ça se pilote comme un avion de ligne, mais ça pose en 300 m. A l'arrondi on voit plus rien, mais ça fait partie de son charme.


 Yves le propriétaire du Maule, ma pomme, Céline (hôtesse de mon équipage) et Marc mon copilote et ami (J'ai volé 20 ans avec son père !).









 On a pu découvrir un nouveau terrain que Jérémie a ouvert en brousse. Il l'a baptisé Nowhere car
c'est au milieu de nulle part. L'histoire de son ouverture est assez rigolote. Il cherchait un coin sympa pour faire une piste, si possible un peu technique avec des trajectoires d'approche et de départ esthétiques (on fonctionne un peu pareil lui et moi). Donc un jour il se pose dans l'herbe après plusieurs reconnaissances. Casser ou tomber en panne las-bas n'est pas vraiment anodin car assez loin de tout. Une fois posé il a planté un piquet sur le sentier qu'il avait repéré d'en haut en y laissant un message disant: "pour nettoyer la piste, appelez le numéro de téléphone suivant ..." Puis il repart.
 Passe un mois et il reçoit un appel. Rendez vous est pris pour le lendemain à l'endroit où a été trouvé le message. Une fois sur place, il explique aux trois locaux présents son projet de piste. La décision se prenant à un niveau plus élevé, il rencontre également le chef de village concerné et conviennent d'un arrangement. Jérémie accepte de salarier pour 20000 francs CFA mensuel (30 euros) un membre du village qui aura pour mission d'entretenir la bande à l'année. Facile non ?

 Le Tecnam de Jérémie, très sympa à piloter, plus un avion qu'un ULM à mon sens. Mais l'ULM est dérivé de l'avion, pas de secrets.

Notre valeureux Ninja, idéal pour poser à Nowhere.










Pique nique en brousse, à l'ombre. Qu'est ce qu'il a fait chaud pfuuu !










Dans le Tecnam.












Après les vols, le bar de l'escadrille.









 Rendez vous pris pour fin mai, j'y retourne et je dois essayer le Coyote de Jean Marie.

 

14 avril.
 Hangar.
 Petit tour au hangar ce matin pour régler quelques détails et préparer l'Envolée. Nettoyage soigneux de l'appareil et changement des speed tapes de carénages. on a eu le temps de faire un petit vol pour le plaisir.